Legisative 2018

Résultat d’une gigantesque opération de propagande, l’élection d’Emmanuel Macron laisse la scène politique en ruines. Tous les anciens partis sont au bord de l’implosion, tandis que « La République en marche » recrute de façon précipitée et brouillonne des politiciens opportunistes de tout poil.

Le point commun de tous ces dirigeants et de leur spartis est de faire semblant. Ils vous parlent comme si la France était toujours dirigée en toute liberté par nos élus. Ils vous cachent la relation de cause à effet qui existe entre notre appartenance à l’Union européenne et les politiques d’austérité et de régression sociale qui nous sont imposées quels que soient les dirigeants élus. Ils vous dissimulent l’essentiel : les traités européens sont contraignants et la France est soumise aux décisions de Bruxelles.

Au cours de la campagne présidentielle, François ASSELINEAU, président-fondateur de l’UPR, a été le seul à dénoncer le rapport annuel de la Commission européenne sur les « grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ). Lire ce document permet à chacun de dissiper le flou du programme de M. Macron. C’est ce rapport qui « recommande » les mesures qui seraient appliquées si « La République en Marche » était majoritaire à l’Assemblée : l’ubérisation généralisée de la société, la fin des professions réglementées, la baisse du SMIC, des prestations chômage et des retraites, l’augmentation de la TVA, la légitimation de l’évasion fiscale, le démantèlement du droit du travail, le bradage des industries stratégiques françaises, les fusions forcées de communes, la disparition programmée des départements…

Tous les autres partis savent que l’euro finira par exploser, mais ils n’en parlent pas. Cette explosion ravagera nos économies, alors que le retour planifié au franc ne causera pas plus de difficultés que n’en avait créé le fameux « bug de l’an 2000 ».

Face à ces silences, l’Union populaire républicaine (UPR) apporte un formidable renouveau, en disqualifiant tous les partis installés, lâches et discrédités.

Car l’UPR a fait, une fois pour toutes, le choix de l’honnêteté et du courage, en proposant aux Français de récupérer leur indépendance nationale. Seule notre souveraineté retrouvée permettra de rendre aux Français leur démocratie réelle, de protéger leur emploi, leur niveau de vie, leur sécurité et leur justice sociale, et de restaurer la France comme puissance libre et pacifique, sans démagogie raciste ou populisme xénophobe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *